IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

305 Pages V  < 1 2 3 4 > »   
add postStart new topic
Que pensez vous des gilets jaunes.
Ce sont des cons ou des héros
Vous ne pouvez pas voir les résultats du sondage tant que vous n'avez pas voté. Veuillez vous connecter et voter pour voir les résultats.
Total des votes : 110
Les invités ne peuvent pas voter 
nestor.burma
posté 18/11/2018 23:14
Message #21


Membre accro
Icône de groupe

Groupe : Banned
Messages : 7,480
Inscrit : 04/11/2014
Membre no 9,952
Tribune : Non précisée



Citation (Gabadou @ 18/11/2018 22:38) *
Faut avoir connu la pauvreté réelle, pour pouvoir ne la souhaiter á personne. Gneugneu il font chier les autres gnegneugneu, oh lala il t'ont empeché d'aller bruncher avec tes potes en bagnole han, mais t'es écolo sinon quand tu prends l'avion pour aller faire les soldes á newyork ou pour te taper un week end en Norvege pour voir la nature parce que c'est peut etre la derniere fois que tu la vois. . Le manque d'empathie des esclaves/idiot utiles et autres fils de rentier, Csp+ etc... Me laisse pantois.

Il y a du Renaud époque hexagone là dedans 41148013dff4d0.gif


--------------------
On supporte le PSG avant d'aimer le football @bob
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Deman
posté 18/11/2018 23:19
Message #22


Débutant
*

Groupe : Members
Messages : 1,002
Inscrit : 22/04/2013
Lieu : Paris 18
Membre no 9,255
Tribune : Canapé



Suker57 a raison la sociologie du mouvement c'est des salariés, artisans, routiers, infirmières libérales. Des gens qui se lèvent tôt loin d'être assistés même si le mouvement reste très hétérogène sur les profils (tout ce qui n'est pas citadin). Et y'a aussi une grosse partie de retraités. En gros tous les plus gros perdants de la politique actuelle.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Bab
posté 18/11/2018 23:50
Message #23


Rock 'n Roll
****

Groupe : Adhérents CulturePSG
Messages : 10,020
Inscrit : 11/01/2009
Lieu : Toulouse
Membre no 489
Tribune : Canapé



Citation (sharky @ 18/11/2018 23:06) *
Ca reste un bon gros tas de branleurs casseurs cassos assistés. Moi je paye trop d’impôts pour leurs allocs, rsa et sécu. S’ils pouvaient arrêter en plus de me faire chier quand je vais bosser.

Je ne sais pas si c'est second degré ou pas, mais si non, ce mépris est d'une tristesse infinie. Perso ça me choque ce genre de posts.


--------------------
Brylcreem, creatine, and a bag of Charlie Sheen.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
nestor.burma
posté 18/11/2018 23:52
Message #24


Membre accro
Icône de groupe

Groupe : Banned
Messages : 7,480
Inscrit : 04/11/2014
Membre no 9,952
Tribune : Non précisée



Citation (Bab @ 18/11/2018 23:50) *
Je ne sais pas si c'est second degré ou pas, mais si non, ce mépris est d'une tristesse infinie. Perso ça me choque ce genre de posts.

T’es à la limite de la team premier degré la laugh.gif


--------------------
On supporte le PSG avant d'aimer le football @bob
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Tourista-chan
posté 19/11/2018 08:54
Message #25


Rabiobeauf - Débats claqués sur commande
Icône de groupe

Groupe : Spiritually Banned
Messages : 21,885
Inscrit : 30/07/2009
Membre no 1,171
Tribune : Non précisée



C'est quand même une drôle d'idée de mettre un gilet jaune. Perso je trouve ça moche donc je suis contre.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Nikos B.
posté 19/11/2018 09:13
Message #26


Légende
*****

Groupe : Adhérents CulturePSG
Messages : 15,539
Inscrit : 19/01/2009
Lieu : paris
Membre no 611
Tribune : Viré du stade



C'est quoi leurs revendications? baisser les taxes sur l'essence c'est tout? c'est une histoire de 15 euros par mois de différence? Augmenter les impots qui les concernent pas?

La solution évidente c'est de privatiser au max, on aura tous moins d'impots mais les pauvres paieront plus cher pour vivre.

Sinon le truc sur l'apport écologique ou la transition energetique c'est au mieux des bobards et au pire de l'argent foutu en l'air en greenwashing.


--------------------
Le catch c'est ma vie.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
guiclay
posté 19/11/2018 09:22
Message #27


expat' crew
****

Groupe : Adhérents CulturePSG
Messages : 10,411
Inscrit : 07/02/2009
Lieu : 78
Membre no 770
Tribune : Non précisée



Citation (Tourista-chan @ 19/11/2018 08:54) *
C'est quand même une drôle d'idée de mettre un gilet jaune. Perso je trouve ça moche donc je suis contre.

Je me souviens de la grogne sous Sarko quand c'est devenu obligatoire, dommage que ça ne tombe pas pendant le même quinquennat.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Bob
posté 19/11/2018 09:46
Message #28


Fluctuat Nec Mergitur
*****

Groupe : Members
Messages : 20,962
Inscrit : 29/12/2008
Lieu : Hauts-de-Seine
Membre no 30
Tribune : Viré du stade



Ce côté milice, saupoudré d'extrême droite, ça devient assez puant ce mouvement gillets jaunes. vahid.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Boleador
posté 19/11/2018 09:51
Message #29


Débutant
*

Groupe : Members
Messages : 1,795
Inscrit : 28/01/2009
Membre no 720
Tribune : Canapé



Citation (Bob @ 19/11/2018 09:46) *
Ce côté milice, saupoudré d'extrême droite, ça devient assez puant ce mouvement gillets jaunes. vahid.gif


Chez moi, ça va péter sous peu je pense.

Ils bloquent comme des porcs, ça crée 10 bornes de bouchons, et aucun moyen de contourner ou éviter.
Là ils se sont mis les petits commerçants à dos, la prochaine fois c'est pas un flic qui va finir sur le pare-brise.


--------------------
[size="3"]Je n'achète rien quand c'est fabriqué par des enfants du tiers-monde, ça se casse tout de suite.[/size]
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Nikos B.
posté 19/11/2018 09:51
Message #30


Légende
*****

Groupe : Adhérents CulturePSG
Messages : 15,539
Inscrit : 19/01/2009
Lieu : paris
Membre no 611
Tribune : Viré du stade



Citation (NiIbraNiLemaitre @ 18/11/2018 23:13) *
Pourquoi induire dans la question même du sondage que la transition écologique se fait forcément au détriment du pouvoir d'achat?

C'est des conneries mais c'est une demande des écolos qu'il applique.

Citation
Cette propagande permanente, putain...
Remettre le fret sur les trains, et plus généralement la production à proximité des lieux de consommation, repenser les modes de production, leur implantation géographique, etc... Il y a tellement de choses à faire avant d'augmenter le carburant pour tous.

Le fret ça couterait cher et si tu finances ça par l'impot ou par des taxes sur les routiers tu es morts.

Citation
Faut arrêter de se foutre de la gueule du monde, cette augmentation est là pour combler un déficit de recettes (ISF, flat tax, etc...) et pour boucler leur budget (qui finance leur politique globale favorisant "les premiers de cordée": injuste, impopulaire et inefficace).

Et je peux te dire que la suppression de la taxe d'habitation, la hausse des minimas sociaux et la baisse des cotisations salariales aide de l'autre coté.


Citation
Injustice fiscale+destruction des services publics+culpabilisation+foutage de gueule permanent, c'est ce qui donne ce genre de mouvement. Payer toujours plus pour avoir au final toujours moins de services de l'état, ça n'aide pas le consentement à l'impôt.

Injustice fiscale, oui et non, ce sont plutôt les célibataire classe moyenne + qui paient pour les autres.

Citation
La redistribution des richesses produites sera toujours le sujet politique numéro 1. Et ça ne veut pas dire que les autres sujets ne sont pas importants d'ailleurs, juste que celui-ci est un préalable à toute organisation.

Les richesses produites sont pas mal redistribuées en france avec la sécu, pole emplois, les écoles. le problème c'est que tout le monde en a marre des impots parce qu'on oublie les avantages en France.



--------------------
Le catch c'est ma vie.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
basta
posté 19/11/2018 10:04
Message #31


Membre habitué
**

Groupe : Members
Messages : 3,511
Inscrit : 02/02/2011
Lieu : 78
Membre no 3,458
Tribune : Canapé



Citation (Nikos B. @ 19/11/2018 09:51) *
Les richesses produites sont pas mal redistribuées en france avec la sécu, pole emplois, les écoles. le problème c'est que tout le monde en a marre des impots parce qu'on oublie les avantages en France.

Quelques soient les avantages, tout le monde en à surtout marre qu'une infime partie de la population se gave et qu'ils aient toujours plus d'avantages.
Tu auras beau essayer de justifier tes mesures par de la redistribution a la marge, la majorité est consciente d'un accroissement exponentielle des inégalités.

Et cette perception ne sera jamais compensée par des mesurettes. Que ce soit légitime ou pas, toutes les classes sociales voient que les ultra riches se gavent et rien ne permettra de calmer ce sentiment d'injustice.

Quand on voit ca, n'importe qui peut trouver une raison d'etre en colère.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Bob
posté 19/11/2018 10:09
Message #32


Fluctuat Nec Mergitur
*****

Groupe : Members
Messages : 20,962
Inscrit : 29/12/2008
Lieu : Hauts-de-Seine
Membre no 30
Tribune : Viré du stade



Citation (Boleador @ 19/11/2018 09:51) *
Chez moi, ça va péter sous peu je pense.

Ils bloquent comme des porcs, ça crée 10 bornes de bouchons, et aucun moyen de contourner ou éviter.
Là ils se sont mis les petits commerçants à dos, la prochaine fois c'est pas un flic qui va finir sur le pare-brise.
Quand tu vois certaines scènes, impunité total pour eux.

J'admire le sang froid des automobilistes bloqués par ces types.

La vidéo avec la dame qui se fait insulter de "retourner dans son pays"en étant bloquée, le type qui veut aller taffer dans son resto et se retrouve coincé par des types qui l'insultent de guignol, ceux qui défoncent le vieux Renault Scénic d'un couple qui va douiller sévère pour la remettre en état.

A gerber.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Alain Miamdelin
posté 19/11/2018 12:24
Message #33


Légende
*****

Groupe : Adhérents CulturePSG
Messages : 15,307
Inscrit : 23/06/2011
Membre no 7,961
Tribune : Non précisée



Les hasards du calendrier m'ont fait commencer le bouquin Bullshit Jobs de David Graeber ces derniers jours.

Tout part d'un article volontairement provocateur qu'il a publié en 2013 (en copie plus bas) et qui a cartonné plus ou moins à la surprise générale.

Je vous conseille vraiment la lecture du bouquin, c'est un point de vue décalé, intelligent, malin et c'est tellement jouissif à lire kratos77.gif
Le bouquin va évidemment plus loin que l'article. Et je pense pas qu'on soit obligé d'être d'accord avec tout pour apprécier la lecture.

Je trouve que ça colle parfaitement à l'actualité et à la création de mouvements comme les gilets jaunes.

Citation
En 1930, John Maynard Keynes avait prédit que d’ici la fin du siècle, les technologies seraient suffisamment avancées pour que des pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis mettent en place une semaine de travail de 15 heures. Tout laisse à penser qu’il avait raison. En termes technologiques, nous en sommes tout à fait capables. Et pourtant cela n’est pas arrivé. Au contraire, la technologie a été mobilisée dans le but de trouver des moyens de nous faire travailler plus. Pour cela, des emplois effectivement inutiles, ont dû être créés. Des populations entières, en Europe et en Amérique du Nord particulièrement, passent toute leur vie professionnelle à effectuer des tâches dont ils pensent secrètement qu’elles n’ont vraiment pas lieu d’être effectuées. Les dommages moraux et spirituels que cette situation engendre sont profonds. Ils sont une cicatrice sur notre âme collective. Et pourtant presque personne n’en parle.

Pourquoi l’utopie promise par Keynes — et qui était encore très attendue dans les années 60 — ne s’est-elle jamais matérialisée ? La réponse standard aujourd’hui est qu’il n’a pas pris en compte la croissance massive du consumérisme. Entre moins d’heures passées à travailler et plus de jouets et de plaisirs, nous avons collectivement opté pour la deuxième alternative. Il s’agit d’une jolie fable morale, sauf qu’en l’analysant, ne serait-ce qu’un court instant, nous comprenons que cela n’est pas vrai. Oui, nous avons été les témoins de la création d’une grande variété d’emplois et d’industries depuis les années 20, mais très peu d’entre eux ont un rapport avec la production et la distribution de sushis, d’iPhones ou de baskets à la mode.

Quels sont donc ces nouveaux emplois précisément ? Un rapport récent comparant l’emploi aux États-Unis entre 1910 et 2000 nous en donne une image claire et nette (il faut au passage souligner qu’un rapport similaire a été produit sur l’emploi au Royaume-Uni). Au cours du siècle dernier, le nombre de travailleurs, employés dans l’industrie ou l’agriculture a considérablement chuté. Parallèlement, les emplois de « professionnels, administrateurs, managers, vendeurs et employés de l’industrie des services » ont triplé, passant « de un quart à trois quarts des employés totaux ». En d’autres termes, les métiers productifs, comme prédit, ont pu être largement automatisés (même si vous comptez les employés de l’industrie en Inde et Chine, ce type de travailleurs ne représente pas un pourcentage aussi large qu’avant).

Mais plutôt que de permettre une réduction massive des heures de travail pour libérer la population mondiale afin qu’elle poursuive ses propres projets, plaisirs, visions et idées, nous avons pu observer le gonflement, non seulement des industries de « service », mais aussi du secteur administratif, et la création de nouvelles industries comme les services financiers, le télémarketing, ou l’expansion sans précédent de secteurs comme le droit corporatiste, les administrations universitaires et de santé, les ressources humaines ou encore les relations publiques. Et ces chiffres ne prennent pas en compte tous ceux qui assurent un soutien administratif, technique ou sécuritaire à toutes ces industries, voire à toutes les autres industries annexes rattachées à celles-ci (les toiletteurs pour chiens, les livreurs de pizzas ouverts toute la nuit) qui n’existent que parce que tous les autres passent la majeure partie de leur temps à travailler pour les premières.



C’est ce que je propose d’appeler des « métiers à la con ».

C’est comme si quelqu’un inventait des emplois inutiles, dans le seul but de continuer à nous faire tous travailler. Et c’est ici que réside tout le mystère. Dans un système capitaliste, c’est précisément ce qui n’est pas censé se produire. Dans les anciens et inefficaces états socialistes, comme l’URSS, où l’emploi était considéré à la fois comme un droit et un devoir sacré, le système fabriquait autant d’emploi que nécessaire (c’est une des raisons pour lesquelles il fallait trois personnes dans les supermarchés pour vous servir un morceau de viande). Mais, bien sûr, c’est précisément le genre de problème que la compétition de marché est censée régler. Selon les théories économiques, en tout cas, la dernière chose qu’une entreprise recherchant le profit va faire, c’est de débourser de l’argent à des employés qu’elle ne devrait pas payer. C’est pourtant ce qui se produit, d’une certaine façon.

Alors que les entreprises s’engagent dans des campagnes de restrictions impitoyables, ces licenciements touchent principalement la classe des gens qui produisent, déplacent, réparent ou maintiennent les choses; alors qu’à travers une étrange alchimie que personne ne peut expliquer, le nombre de « gratte-papier » semble gonfler, et de plus en plus d’employés finissent, à l’instar des travailleurs de l’ex-URSS, par travailler 40 ou 50 heures par semaine, mais avec un temps effectif de travail utile de 15 heures, exactement comme Keynes l’avait prédit, puisque le reste de leur temps consiste à organiser ou à participer à des séminaires de motivation, à mettre à jour leur profil Facebook ou à télécharger des séries télévisées.

La réponse n’est de toute évidence pas économique : elle est morale et politique. La classe dirigeante a compris qu’une population heureuse, productive et bénéficiant de temps libre est un danger mortel (pensez à ce qui s’est passé lorsque cela a commencé à se réaliser dans les années 60). Et, d’un autre côté, le sentiment selon lequel le travail étant une valeur morale intrinsèque et que quiconque refusant de se soumettre à une forme intense de travail pendant ses journées ne mérite rien, est extraordinairement pratique pour eux.

Autrefois, considérant l’augmentation apparemment infinie des responsabilités administratives dans les départements universitaires britanniques, j’en ai déduit une vision possible de l’enfer. L’enfer, c’est un groupe d’individus qui passent le plus clair de leur temps à effectuer des tâches qu’ils n’aiment pas et pour lesquelles ils ne sont pas spécialement doués. Disons qu’ils ont été engagés parce qu’ils étaient de très bons menuisiers, et qu’ils découvrent ensuite qu’ils doivent passer une grande partie de leur temps à cuire du poisson. Effectuer cette tâche n’est pas non plus indispensable, mais au moins il y a une quantité très limitée de poissons à faire cuire. Et pourtant, ils deviennent tous complètement obsédés par le fait que certains de leurs collègues passent peut-être plus de temps à faire de la menuiserie sans contribuer de manière équitable à faire frire du poisson et, très rapidement, des piles entières de poisson mal cuits et inutiles envahissent l’atelier, et cuire du poisson est devenu l’activité principale.

Je pense qu’il s’agit d’une description précise de la dynamique morale de notre économie.

Je réalise à présent qu’un tel argument va immédiatement générer des objections : « qui êtes-vous pour définir quels emplois sont réellement ‘nécessaires’ ? De toute façon, que veut dire ‘nécessaire’ ? Vous êtes un professeur d’anthropologie, qui a ‘besoin’ de ça ? » (et il est vrai que beaucoup de lecteurs de tabloïds [NDT – équivalent anglais de la presse people] pourraient considérer mon travail comme l’exemple même de l’inutilité). Et d’une certaine façon, c’est effectivement vrai. Il ne peut y avoir de mesure objective de la valeur sociale.

Je ne me permettrais pas de dire à une personne persuadée d’apporter une contribution significative au monde que ce n’est pas le cas. Mais qu’en est-il des gens qui sont convaincus que leur travail n’a pas de sens ? Il y a peu j’ai repris contact avec un ami d’enfance que je n’avais pas vu depuis l’âge de 12 ans. J’ai été étonné d’apprendre que depuis, il était d’abord devenu poète, puis chanteur d’un groupe de rock indépendant. J’avais entendu certaines de ses chansons à la radio, sans savoir que c’était quelqu’un que je connaissais. Il était clairement brillant, innovant, et son travail avait sans aucun doute illuminé et amélioré la vie de gens à travers le globe. Pourtant, après quelques albums sans succès, il perdit son contrat, et criblé de dettes et devant s’occuper d’un jeune enfant, finit comme il le dit lui-même « par choisir à défaut d’autre chose, comme beaucoup de gens désorientés : la fac de droit ». Il est aujourd’hui avocat d’affaires et travaille pour une importante firme new-yorkaise. Il était le premier à admettre que son travail n’avait aucun sens, ne contribuait en rien au monde, et selon sa propre opinion, ne devrait pas réellement exister.

On peut alors poser beaucoup de questions, à commencer par : que cela nous apprend-il sur notre société, cette demande extrêmement limitée en musiciens-poètes talentueux, et cette demande apparemment infinie en avocats spécialistes du droit corporatif ? (Réponse : si 1% de la population contrôle la plupart des richesses disponibles, ce que nous appelons le « marché » ne sert que ce qu’ils — et personne d’autre — jugent utile ou important). Mais plus encore, cela montre que la plupart des employés en sont conscients. En fait, je ne pense pas avoir rencontré un seul avocat d’affaire ne pensant pas que son métier était merdique. Il en est de même pour toutes les nouvelles industries citées plus haut. Il existe une classe entière de professionnels qui, si vous les rencontriez dans une soirée et admettiez faire quelque chose d’intéressant (anthropologue, par exemple), feraient tout pour éviter de discuter de leur travail. Après quelques verres, ils risqueraient même de se lancer dans des tirades sur combien leur travail est stupide et sans intérêt.

Il y a ici une profonde violence psychologique. Comment peut-on ne serait-ce que commencer à parler de dignité au travail, lorsqu’on estime que son travail ne devrait même pas exister ? Comment cette situation ne pourrait-elle pas créer un sentiment profond de rage et de ressentiment ? Il s’agit pourtant du génie de cette société, dont les dirigeants ont trouvé un moyen, comme dans le cas des cuiseurs de poisson, de s’assurer que la rage soit précisément et directement dirigée contre ceux dont les agissements ont un sens. Par exemple, dans notre société, une règle semble exister, selon laquelle plus un travail bénéficie ouvertement aux autres, moins il sera payé. Encore une fois, une mesure objective est difficile à trouver, mais un moyen simple de se faire une idée est de se demander : qu’arriverait-il si cette classe entière de travailleurs disparaissait ? Peu importe ce que vous pensez des infirmières, éboueurs ou mécaniciens, s’ils venaient à disparaître, les conséquences seraient immédiates et catastrophiques. Un monde sans enseignants ou dockers serait bien vite en difficulté, et même un monde sans auteurs de science-fiction ou musiciens de ska serait clairement un monde moins intéressant. D’un autre côté, difficile de savoir comment réagirait l’humanité face à la disparition des PDG, lobbyistes, chercheurs en relations publiques, télévendeurs, huissiers de justice ou consultants légaux (beaucoup pensent qu’elle s’en porterait largement mieux). Pourtant, à part une poignée d’exceptions mises en avant (les médecins), la règle semble étonnamment valide.

De façon plus perverse encore, il semble exister un consensus selon lequel les choses doivent se passer ainsi. C’est un des points forts secrets du populisme de droite. Vous pouvez le voir lorsque les tabloïds s’en prennent aux cheminots, qui paralysent le métro londonien durant des négociations qui tournent au conflit : le fait que ces travailleurs puissent paralyser le métro montre que leur travail est nécessaire, mais c’est précisément ce qui semble embêter les gens. C’est encore plus manifeste aux États-Unis, où les Républicains ont réussi à mobiliser les gens contre les enseignants ou les travailleurs de l’industrie automobile (et pas contre les directeurs des écoles ou les responsables de l’industrie automobile, qui étaient la source du problème) en raison de leurs paies supposément gonflées et d’avantages mirifiques. C’est un peu comme si on leur disait « mais vous pouvez apprendre aux enfants! ou fabriquer des voitures! c’est vous qui avez les vrais emplois! et en plus de ça vous avez le toupet de demander une retraite de classe moyenne et la sécu ? »

Si quelqu’un avait conçu un régime de travail visant à perpétuer le pouvoir du capital financier, il aurait été difficile de mieux faire. Les emplois réels, productifs, sont sans cesse écrasés et exploités. Le reste est divisé en deux groupes, entre la strate des sans-emplois, universellement vilipendés, et une strate plus vaste de gens payés pour, en gros, ne rien faire, dans une position conçue pour qu’ils s’identifient aux perspectives et aux sensibilités de la classe dirigeante (dirigeants, administrateurs, etc.) et particulièrement à ses avatars financiers, mais qui, en parallèle, produit un ressentiment envers tous ceux dont le travail possède une valeur sociale claire et indéniable. Manifestement, le système n’a jamais été consciemment conçu. Il a émergé d’un siècle, quasiment, de tentatives et d’échecs. C’est la seule explication qu’on puisse donner à la raison pour laquelle, malgré nos capacités technologiques, nous ne travaillons pas 3 à 4 heures par jour.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Maboune
posté 19/11/2018 12:28
Message #34


Membre accro
***

Groupe : Members
Messages : 9,203
Inscrit : 09/06/2011
Membre no 7,923
Tribune : Non précisée



Du coup les "gneugneu seulement 2h de perdues", ça va faire trois jours que ça bloque là, du coup c'est assez pour les pourrir ou pas encore ?
Go to the top of the page
 
+Quote Post
sukercop
posté 19/11/2018 13:00
Message #35


Légende
*****

Groupe : Members
Messages : 20,085
Inscrit : 12/01/2009
Membre no 502
Tribune : Non précisée



ça va t'es patient, ça fait bien longtemps que j'aurais laissé ma voiture sur le côté pour rentrer chez moi.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Tourista-chan
posté 19/11/2018 13:05
Message #36


Rabiobeauf - Débats claqués sur commande
Icône de groupe

Groupe : Spiritually Banned
Messages : 21,885
Inscrit : 30/07/2009
Membre no 1,171
Tribune : Non précisée



neokill@h.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
basta
posté 19/11/2018 13:08
Message #37


Membre habitué
**

Groupe : Members
Messages : 3,511
Inscrit : 02/02/2011
Lieu : 78
Membre no 3,458
Tribune : Canapé



Citation (Maboune @ 19/11/2018 12:28) *
Du coup les "gneugneu seulement 2h de perdues", ça va faire trois jours que ça bloque là, du coup c'est assez pour les pourrir ou pas encore ?

D'après le post au dessus, ils t'ont probablement eviter de perdre 2h pour un boulot inutile et permit de profiter pour écouter de la bonne musique ou te cultiver grâce à un podcast original.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
sukercop
posté 19/11/2018 13:12
Message #38


Légende
*****

Groupe : Members
Messages : 20,085
Inscrit : 12/01/2009
Membre no 502
Tribune : Non précisée



Citation (Alain Miamdelin @ 19/11/2018 12:24) *
Les hasards du calendrier m'ont fait commencer le bouquin Bullshit Jobs de David Graeber ces derniers jours.


Merci pour l'idée, sympa l'article, ce truc-là sur les séminaires, réunions ppt, "projets transverses", c'est tellement vrai et contamine un bon nombre d'entreprises.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Zul
posté 19/11/2018 14:01
Message #39


le catch c'est la vie, CDM 2018
******

Groupe : Members
Messages : 25,919
Inscrit : 24/04/2009
Membre no 928
Tribune : Non précisée



QUOTE (Gabadou @ 18/11/2018 22:38) *
Je suis à 100%pour. Il y a dans ce pays des gens qui peinent à remplir leur frigo. C'est sympa de les traiter de paysans de temps á autre lors d'un match de foot, mais la pauperisation de la classe moyenne est inadmissible. Faut avoir connu la pauvreté réelle, pour pouvoir ne la souhaiter á personne. Gneugneu il font chier les autres gnegneugneu, oh lala il t'ont empeché d'aller bruncher avec tes potes en bagnole han, mais t'es écolo sinon quand tu prends l'avion pour aller faire les soldes á newyork ou pour te taper un week end en Norvege pour voir la nature parce que c'est peut etre la derniere fois que tu la vois. . Le manque d'empathie des esclaves/idiot utiles et autres fils de rentier, Csp+ etc... Me laisse pantois.
Va prendre ta caisse pour bruncher et ton avion pour observer la nature et t'acheter des fringues commerce equitable et lache la grappe à ceux qui doivent encore se chauffer au fioul, et va niquer ta mere la chocolatine tant que t'y est.

+1
même si la dernière ligne est un peu trop crue pour moi.

Ce mépris permanent pour les "bas du front", je sais pas mais vous voulez sauver la terre... ou votre situation ? parce que la terre avec du diesel ou sans elle survivra à l'humanité. Les leçons de tolérance et d'humanisme jusqu'à ce que ça vous emmerde et là bim, le mépris, le racisme social.
Ca fait des choux gras d'Ho chi minh (je lache pas l'affaire) mais ça oublie que c'est sur cette colère de "bas du front" que la dictature s'installe.

Continuez votre attitude hautaine et vous aurez un bolsonaro, parce que jusqu'à preuve du contraire les pauvres sont toujours plus nombreux que les nantis.

Si macron avait dit clairement que ces taxes c'était pour combler nos dettes on en serait pas là, mais non on invente toujours des impots pour de bonnes raisons dont on ne voit jamais la couleur.

Le ras le bol fiscal il date de la crise de 2008, chaque président y a mis du sien avec les résultats qu'on connait, macron n'a pas été honnête il le paye et plus qu'il ne devrait mais c'est sa propre connerie aussi.


Go to the top of the page
 
+Quote Post
Tourista-chan
posté 19/11/2018 14:44
Message #40


Rabiobeauf - Débats claqués sur commande
Icône de groupe

Groupe : Spiritually Banned
Messages : 21,885
Inscrit : 30/07/2009
Membre no 1,171
Tribune : Non précisée



Citation (Zul @ 19/11/2018 14:01) *
Ca fait des choux gras d'Ho chi minh (je lache pas l'affaire)


Si tu me vises, je ne faisais pas son apologie hein, je disais juste ce que les vietnamiens m'en avaient dit.
Je n'oublie pas que ses sbires ont buté une bonne partie de ma famille maternelle et que ma mère a gardé en souvenir une balle dans le crâne jusqu'à sa mort.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

305 Pages V  < 1 2 3 4 > » 
add postStart new topic
2 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
1 membre(s) : Ashura

 



Version bas débit Nous sommes le : 11/11/2019 21:13